Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le tanu de raymond

le tanu de raymond

histoire de la commune de Le Tanu , département de la Manche

il y a 180 ans, près de 1000 personnes habitaient Le Tanu et Noirpalu

notes de E. Vivier

notes de E. Vivier

En 1837, il y avait 736 habitants sur Le Tanu et 236 sur Noirpalu ( total de 972 hab)

 

En 1851 le département de la Manche comptait 600 882 habitants

en 1983 moins de 500 000 ( Ouest France 10,07,83 )


         ANNEE                       nb hab. Le Tanu           nb hab.  Noirpalu

1829567 
1831 232
1832705 
1836 236
1837736236
1841 230
1845707 
1846690231
1851 185
1858662187
1869590 
1872582177
1877550173
1880 175
1882503170
1887485152
1892437144
1897422144
1902414163
1907394394
1912378130
1950324121
196826894
2014375375

sources: Notes E. Vivier, archives départementales, almanach de la Manche

Les activités dans le sud Manche en 1876

( extrait de la collection des géographies départementales par A,D, JOANNE

édition Larousse  avril 1880 )

 

Dans les environs de Mortain s'extrait du minerai de fer, traité à

l'usine de Bourberouge.

Le département possède de belles carrières de granit, cette industrie occupe

à l'ile de Chausey un grand nombre d'ouvriers, qui façonnent la pierre en larges

dalles, transportées à Granville et à Saint-Malo. C'est de Chausey que Paris fait venir

en grande partie le granit dont il a besoin pour ses trottoirs,

d’autres carrières sont exploitées à Saint James, dans le canton de Sourdeval et à Montjoie près de Saint-Pois.

De Carteret à Pontorson. La tangue sert d'engrais.

Il existe des sources minérales à Dragey (fontaine dite de Santé),

et à Saint-Hilaire du Harcouët,

 

L'industrie métallurgique est représentée dans le département par :

les forges de Beauchamps , les fonderies de fer de Granville, Sourdeval

et Villedieu Les Poêles,

Dans cette dernière localité, le commerce et l'industrie du cuivre sous toutes

ses formes atteignent au moins le chiffre de 2 millions par an.

Cette industrie s'applique:

aux ménages par la chaudronnerie, les chandeliers, les cuillères, les fiches et

les charnières, les réchauds, les petites lampes, les bouilloires, les fontaines, les

pompes à puits,à jardin, à voiture;

aux établissements publics par les pompes à incendie;

aux distilleries par les chaudières, les alambics, les robinets;

à l’agriculture par les grands poëles à cuire les racines, les bures à lait;

aux églises par les cloches, puis par la dorure des croix, ostensoirs, calices, patènes,

flambeaux, encensoirs, etc.

Une autre localité très importante pour son industrie est celle de Sourdeval;

il y existe, en effet, des fabriques de chandeliers, de couverts en fer battu,

fer forgé, étain, métal ferré, métal ferrugineux, d'étrilles, de faux, d'articles de serrurerie,

de pointes, de fils de fer, etc...

Un village voisin de Sourdeval, Le Fresne-Poret a des fabriques de ciseaux,

de sécateurs, tarières et d'aiguilles à voiles, à ralingues, à matelas, etc.

Saint-Martin-de-Chaulieu possède une fabrique de ferronnerie et de quincaillerie.

Sourdeval et Saint-Pois livrent au commerce des forges portatives et des soufflets

de forges, Villedieu, des pompes.

D'importants chantiers de construction de navires à Granville et Pontorson

(navires de 200 à 500 tonneaux),

Saint-Nicolas près Granville a des fabriques de voitures,

Granville; de compas pour la marine, Agon une fabrique d' hameçons.

II existe dans le département 45 filatures de laine (15,125 broches),

situées à Beauchamps, Blainville, Cerisy-la-Forèt, Champrepus,

Coutances, Gavray, Ger, Gouville, Hambye, au Mesnil-Tove, à Saint-

Aubin-du-Perron, Sainte-Cécile, Saint-Hilaire-du-Harcouet, Saint-

James, Saint-Laurent-de-Cuves, Torigni, etc...

Coutances et Villedieu ont des carderies de laine.

Six filatures de coton (50,007 broches) sont en activité à Brouains,

Gonneville, au Neufhourg, au Vast. Coutances, où sont aussi des

teillages de lin, confectionne une quantité considérable de toile ouvrée;

Cametours, des toiles, des calicots et des coutils.

Les coutils se tissent aussi à Canisy, Dangy

Villedieu fabrique des dentelles, Avranches et Hambye de la bonneterie,

Gavray des toiles de crin.

Les industries de la mégisserie, de la tannerie et de la corroierie

sont représentées chacune, soit seules, soit simultanément, par

plusieurs établissements à Avranches, Coutances

(au faubourg du Pont-de-Soulle), Ducey, Granville, Mortain, Pontorson, Torigni et Villedieu.

Les six papeteries du département (564 ouvriers) ont produit, en 1873, 18,000 quintaux

métriques de papier.

Granville, Saint-Hilaire-du-Harcouet, possèdent des imprimeries

Avranches, Granville, Mortain, Saint-James, des scieries mécaniques

Granville, des corderies.

Les autres établissements industriels du département sont des minoteries et

des moulins à vapeur,

des brasseries (Avranches, Cherbourg , Saint-Hilaire du Harcouet).

Des fabriques de vannerie à Remilly, etc...

Sur les côtes on dessèche l'herbet ou pailleule (zostère) pour

l'exporter dans les villes, où il est employé comme crin. 

De plus, les cendres du varech sont utilisées pour la fabrication des produits

chimiques. (voir lien Gouville sur Mer)

Bien que la mer à laquelle il doit son nom l'entoure de trois côtés

et que plusieurs ports se succèdent le long des rivages, le département

de la Manche n'a pourtant qu'un faible commerce maritime,

qui se fait presque exclusivement avec l'Angleterre et, en sous-ordre,

avec la Norvége, le Danemark et la Suède. ,

Le mouvement annuel des dix ports de Carentan, Saint-Vaast, Barfleur, Cherbourg,

Omonville, Diélette, Portbail, Regnéville, Granville et Pontorson, s'élève, entrées

et sorties réunies, à environ 4,600 navires jaugeant 29,000 tonnes.

Le département de la Manche exporte du beurre, du gibier, des

volailles, des oeufs, du bétail, des pommes de terre, des légumes,

des bestiaux gras, des moutons, des viandes salées, des chevaux, du

blé, du poisson, des huîtres, des pierres de taille, du varech ou

pailleule, de la filasse, de la chaux, de la chaudronnerie de Villedieu,

des articles de quincaillerie, des produits chimiques, etc...

La Manche importe des grains et farines, des vins et eaux-de-vie,

du sel, du chanvre, du sucre, des bois du Nord, des articles d'épicerie,

des denrées coloniales, des fers et aciers, du zinc, de l'étain,

du cuivre, de la houille, du goudron, des armes, des machines, des

articles de librairie, de modes, de bijouterie, de l'horlogerie, des

nouveautés, des meubles, etc...

( extrait de la collection des géographies départementales par A,D, JOANNE édition Larousse  avril 1880 )

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article